Le cours de l’action de la FDJ au plus bas : La PDG en rachète 1500

Alors que le CAC 40 enregistre une baisse historique et que les marchés s’affolent, Stéphanie Pallez, PDG de la Française Des Jeux a, quant à elle, acheté, le 20 mars, 1500 actions de sa propre entreprise pour un prix unitaire de 19,47€ sur le marché boursier, le cours se trouvait alors en dessous du prix d’introduction du titre qui était de 19,90€ (19,50€ pour les particuliers).

Geoffrey CHAUMERON, conseiller en gestion de patrimoine et responsable des solutions d’épargne chez Epsilium nous explique ce phénomène et répond à nos questions.

 

 

Une dirigeante qui rachète des titres de sa société en plein crash boursier, c’est symboliquement fort,  quelle interprétation faut-il en faire?

 

Cela montre qu’un cours de bourse ne reflète pas forcément la santé financière d’une entreprise.

En tant que PDG, elle est une des personnes les mieux placées pour connaître la santé financière de sa société. Si elle achète aujourd’hui 1500 actions alors qu’elle n’en possédait qu’une au moment de l’introduction en bourse, on peut considérer qu’elle y voit une décote intéressante du cours de la FDJ pour en acheter, et non un signe alarmant pour sa société.

La PDG de la FDJ n’est pas un cas isolé. Il y a de nombreux PDG qui ont acheté des titres de leur société. je pense par exemple aux dirigeants de Covivio, une entreprise de gestion foncière, dont l’activité se distribue entre l’immobilier de bureau, l’immobilier résidentiel et l’hôtellerie. Le Groupe est implanté un peu partout en Europe et notamment en Italie. De quoi envoyer des signaux rassurants au marché.

 

Pouvez-vous nous dire quels sont les paramètres à analyser avant d’acheter des actions d’une société ?

 

Il faut déjà regarder le positionnement de l’entreprise sur son marché économique, français ou mondial.

Il faut également analyser l’évolution du titre sur les dix dernières années et notamment lors des précédentes périodes de baisse et l’importance de la décote depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Si la chute du titre semble incohérente, on peut imaginer qu’il y a une surréaction du marché boursier par rapport à la valeur réelle de l’entreprise. Elle est, à ce moment-là, sans doute sous-évaluée et de bonnes affaires sont potentiellement à saisir.

 

Vous recommandez donc aux Français d’investir en bourse malgré le contexte très incertain ?

 

Le marché actuel est très volatil : sur le court terme, l’opération peut s’avérer être risquée, on est sur du « quitte ou double ».

Je recommande donc aux investisseurs d’acheter uniquement s’ils peuvent patienter. En effet, le potentiel de plus-value doit s’apprécier sur le moyen et long terme car nous n’avons pas connaissance de la date ni des conditions de sortie de la crise sanitaire. La seule chose que l’on sait, c’est qu’on en sortira.

 

Quelle attitude doivent adopter ceux qui ont des actifs qui dégringolent ?

 

Encore une fois le maître mot est « patience », patienter que le cours remonte. Encore faut-il en avoir la possibilité évidemment.

Je leur conseille aussi éventuellement d’investir de nouveau sur ces mêmes actifs pour faire baisser la valeur moyenne d’achat unitaire de ces actions, seulement si la santé de la société ne semble pas en risque avec cette crise.

Une autre stratégie qui peut s’avérer payante sur le long terme est d’acheter des titres d’une autre société ou d’un autre support sur le même secteur ou marché, qui auraient connu une baisse plus importante que celle que l’investisseur possède déjà dans son portefeuille. Ce qui pourrait aider à récupérer une partie de la baisse des titres en portefeuilles.

Au-delà de l’horizon du placement qui est important, je conseille aussi de ne pas s’aventurer seul et sans analyse sur ce genre de marché !

 

Autres actualités

2020-04-01 11:59:20

La date limite des déclarations de revenus 2020 repoussée

La crise sanitaire que traverse le pays oblige le gouvernent…

Lire la suite

20 avril 2020

Impôt 2020 : Faites-vous partie de ceux qui n’auront pas…

  C’est aujourd’hui que démarre la campagne des déclarations de…

Lire la suite
Demander une simulation Être appelé
Création de site web : AdverisMentions légalesPolitique de protection des données